... être au taquet


Le saviez-vous ?

Le taquet est une pièce d'accastillage qui sert à bloquer la tension des cordages sur un bateau. L'expression fait plus que jamais sens quand on prend connaissance de l'emploi du temps de Benoît. En voici un échantillon.

La vie à terre

Après avoir participé à la Puru Challenge Race en Espagne, puis au championnat d’Europe en J70 à Copenhague, Benoît est revenu sur la terre ferme. Il est de retour et plus que jamais en pleine préparation de son projet Mini-Transat 2023.

Il doit tout d’abord trouver un chantier d’hiver, assister à de nombreux rendez-vous et évènements et s’occuper de toutes les démarches administratives concernant le projet. Des étapes indispensables pour anticiper la suite !
 
Benoît revient pour vous sur ses aventures du mois dernier.

Le mot du skipper

Après la dernière course, je suis revenu passer un peu de temps en Suisse pour pouvoir décompresser, mais cela n’a pas duré longtemps !

Mon emploi du temps s’est vite chargé, notamment parce que j’ai eu le privilège de pouvoir aller à Copenhague pour participer au championnat d’Europe de J70. J’y ai appris beaucoup de règles et d’astuces concernant la régate.

Les régates en J70 se déroulent à la journée. Nous étions une équipe de quatre Suisses sur le bateau. La régate s’effectuait sur un parcours d’environ 2,5 milles en triangle entre des bouées.

Les concurrents devaient effectuer deux tours pour finir une manche. Chaque manche durait environ 1h et nous faisions entre 2 et 4 manches par jour, sur 3 jours. Nous avons donc eu de nombreux départs à prendre dans une flotte de 70 bateaux, tous identiques.

Cela m’a permis de réellement voir ce qu’on appelle « prendre un départ ». Ce sont des courses intenses, certes, mais uniquement la journée, à la différence des courses au large. Le soir nous avions la chance de dormir dans un vrai lit au chaud, allongés, et au sec.
 
Le fait d’être en équipe de quatre fait également une grande différence avec les courses en duo ou en solitaire. Lors de ma dernière course avec Alexandre nous ne nous sommes pas beaucoup vu ! Quand l’un est dehors à naviguer, l’autre profitait pour se reposer. Ça change de pouvoir communiquer avec d’autres personnes sur le bateau !

Une nouvelle expérience enrichissante
Une course en monotype, c’est quatre sprints intenses sur une journée où l’on ne peut pas se permettre de décrocher. Il faut tout le temps être aux aguets, essayer de voir la moindre opportunité pour dépasser ceux qui vous devancent.

La course au large, au contraire, c’est un marathon sur plusieurs jours. Il faut savoir s’économiser, être attentif à la météo, surveiller les voiles, les concurrents, sa localisation et sa destination, et surtout, gérer le sommeil et la nourriture…  
 
Deux monde si proches et tellement différents.

 


 

En ce moment

Benoît s'est rendu le 23 septembre à Cologne en Allemagne pour un salon où exposera HADER SOLUTIONS, son sponsor principal.

Il se rendra ensuite le 25 septembre aux Sables d’Olonne pour assister au départ de la Mini Transat. Cela lui permettra de pouvoir prendre la température des lieux et de pouvoir anticiper le départ de la Mini Transat à laquelle il participera dans deux ans.

Il s’installera ensuite dans le pôle de la Turballe pour deux semaines d’entraînement.



Le futur

Mi-octobre Benoît rentrera en Suisse pour présenter son projet lors d’une conférence organisée pour les sponsors du club de hockey de Fribourg Gottéron.

Il participera ensuite à une croisière d’encadrement en Méditerranée avec l’association Rêve-Sur-Mer, qui a pour but de transmettre à des jeunes du CO le goût de la navigation en mer !

Après cela, il retournera en Bretagne pour continuer à s’entraîner. D'ailleurs, Benoît est toujours à la recherche d’un chantier naval en Bretagne pour pouvoir faire les réparations et l’entretien sur son bateau afin de reprendre les courses l’année prochaine, en toute sécurité.

Cet hiver, il reviendra en Suisse quelques mois pour travailler dans un chantier naval de la région et renflouer un peu les caisses. Un projet comme celui est onéreux et nous sommes toujours à la recherche de financement afin de compléter le budget nécessaire.

À cet effet, nous sommes sur le point de finaliser un partenariat avec un sponsors "Argent", nous vous tiendrons évidemment au courant dans la prochaine newsletter.

septembre 2021

fa22707f-18b2-b65f-cc8c-022b4d062ad8.jpg