Retour à l'eau

Retour sur l’eau le week-end dernier. Quel plaisir ! Bien sûr il ne faisait pas très chaud, entre 8 et 10 degrés, mais je crois que c’est déjà un petit peu plus chaud qu’en Suisse. Pas le temps de rêvasser : samedi sept heures de navigation, dimanche cinq heures. Plus des briefings et des débriefings, j’ai bien dormi la nuit de dimanche à lundi. Dans le pôle d’entraînement, une quinzaine de minis. L’ambiance est vraiment sympa, c’est une belle découverte. Pas de prise de tête, les gens sont décontractés et il y a un vrai partage d’expérience. La preuve, mon bateau n’est pas encore prêt suite au chantier d’hiver et je navigue en ce moment en duo sur le mini d’un collègue. Avec le pôle, nous nous entraînons un week-end sur deux. Les autres week-end, soit un sur deux, je participe aux régates du SRT (Société des Régates de la Turballe). Il faut voir ça un peu comme les régates du CVE le mercredi à Estavayer, mais samedi et dimanche.

Jusqu'ici

Les deux derniers mois ont été très chargés. J’ai complètement démonté le Hader 716 pour de l’entretien et des réparations qui doivent me permettre d’aborder sereinement une saison 2022 intense. Quel apprentissage ! J’ai réalisé une grande partie de ces travaux dans un hangar en tôle, sans chauffage, il faisait la même température dehors que dedans. Je me suis débrouillé pour chauffer par zone avec des petits radiateurs électriques, parce que certains travaux demandent une température minimale. Mais il y a toujours une solution. C’est incroyable de voir que, loin des standards helvétiques, on peut quand même travailler. J’ai découvert par exemple une peinture époxy qui sèche entre 30 et -20 degrés. Et ça fonctionne. Une belle leçon de débrouille qui me sera utile dans les mois à venir. Mais tout n’est pas terminé, mon mât est toujours en réparation à La Rochelle. Retour prévu : début février. Il faudra alors remonter tout l’accastillage, parce que, en ce moment, le bateau est nu comme un ver.

Mon programme

L’année 2022 sera l’année-clé, avec un programme très chargé, mais qui devrait, si tout se passe bien me permettre d’obtenir ma qualification définitive pour la Mini-Transat 2023. C’est l’objectif, mais la route est longue et semée d’embûches. En mars, une semaine complète d’entraînements intensifs avec le coach à La Turballe. Puis, je rentre dans le vif du sujet avec des courses qui vont s’enchaîner jusqu’à début août, la première à Lorient mi-avril. Peu de temps pour la récupération, pour les réparations, pour souffler, il va falloir tenir la distance. Deux jalons importants dans ce programme de Ministe : le premier, ma tentative de qualification, 1'000 nautiques en solitaire en juin et le second, la course entre Les Sables d’Olonne et les Açores, aller-retour, mi-juillet. Je dois avouer que ce qui m’attend est un peu vertigineux, je me suis mis la pression, mais ça fait partie du projet. Croisons les doigts !

Au quotidien

Ma vie est belle à la Turballe. Je pense être un peu privilégié alors j’en déguste chaque journée. J’ai réussi à me créer un réseau, surtout parce que les gens sont très sympas et généreux. J’ai trouvé un appartement jusqu’à fin 2023. C’est un vrai soulagement, je peux enfin me consacrer à 100% au bateau et à la navigation. Mon appartement ? Un studio avec vue sur la mer, à 5 minutes à pied du port. What else ?

janvier 2022

IMG_0576_edited.jpg